Musique en Mer à Collioure

Chant, Marie-Hélène ROVIRA, Nicole SALVADOR ; trompette, Jean-Marie ORIOL ; orgue, Jean-Pierre BASTON 

Georg Muffat (1653 -1704) :

Toccata prima (orgue seul)

 

Marc-Antoine Charpentier (1645-1704) :

Antienne à la Vierge (deux voix et basse continue)

 

Jean-François Lalouette (1651-1728) :

O Sacrum convivium (deux voix et basse continue)

 

Georg Philip Telemann (1681 – 1767) :

Sonate en ré majeur (trompette et orgue) 

Modéré et gracieux – largo – Vivace

 

Jean-Sébastien Bach (1685 – 1750) :

Largo de la 5ème Sonate en trio BWV 529 (orgue seul)

 

Georg Friedrich Haendel (1685 - 1759) :

Blessed is the people, O Lord (chant, trompette et orgue, chant : Nicole Salvador)

 

John Stanley (1713 - 1786): Trumpet Voluntary (trompette et orgue)

 

Camille Saint-Saens (1835 – 1921) : Ave Maria (motet à deux voix égales avec orgue)

 

Wolfgang Amadeus Mozart (1756 - 1791) : Andante für glassharmonica (orgue seul)

 

W.A. Mozart : Et incarnatus est de la Messe en ut (soprano et orgue, chant : Marie-Hélène Rovira)

 

JS. Bach – Antonio Vivaldi (1678 - 1741) :

Antonio Vivaldi : Concerto en la mineur (L'Estro armonico), Allegro, 1er mouvement, trompette et orgue)

Antonio Vivaldi : Domine Deus, extrait du Gloria (deux voix alternées et orgue)

JS. Bach – Antonio Vivaldi : Concerto en la mineur (L'Estro armonico), Vivace, 3ème mouvement, trompette et orgue).

 

...........

 

Si l'intitulé n'était pas devenu très commun, ce concert pourrait s'intituler : «  splendeurs de la musique sacrée » . La place de la voix y est d'importance, et nous explorons plusieurs périodes et pays : d'abord les motets vocaux, à deux dessus (Charpentier et Lalouette, en début de programme), genre essentiel dans la musique française des XVIIème – XVIIIème siècles. Ils supposent une vocalité « pure », celle des couvents de religieuses ou des Demoiselles de Saint-Cyr. L'orgue y fait, strictement, l'accompagnement en basse continue (seule la ligne de basse est indiquée, et quelques chiffrages indiquant quels accords mettre).

Nous irons vers Haendel, très proche de l'esthétique de Bach dont il est le contemporain, mais aussi Mozart, l'incontournable, à la musique sublime : ici, légèreté et raffinement atteignent leur plus haut degré, avec cette fois un orchestre (l'orgue aujourd'hui) très écrit.

 

Nous donnerons aussi des pièces pour trompette et orgue. Le caractère est ici totalement instrumental, mais cette formation a toujours bien convenu dans le cadre de l'église, avec son caractère festif bien particulier. Telemann est, comme Haendel, un contemporain de Bach ; Stanley renvoie à l'Angleterre... de Haendel ?

 

Enfin, on ne pouvait éviter quelques pièces d'orgue seul, soigneusement triées, l'orgue de Collioure étant petit, plus « orgue de choeur » que « grandes orgues ». Le programme commencera dans un certain recueillement (Muffat, premières mesures sur le Fond d'orgue), étant donnés les motets vocaux qui suivent ; l'extrait de Sonate en trio de Bach, est en quelque sorte une pièce à deux dessus sur basse, celle-ci étant jouée au pédalier de l'orgue, en somme proche de la vocalité du présent concert.  

Eglise Notre Dame des Anges 66 Collioure P.O. France

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×